La (seule) fois où j’ai vraiment eu peur

Je m’en souviens vraiment bien. Peut être pas comme si c’était hier mais c’était l’été. Pendant un stage à Fernand Widal gare du Nord. Il ne faisait pas très chaud. J’étais en col roulé noir et jean. Pas du tout apprêtée. En sortant de l’hôpital je me fais d’abord interpellée. Je continue d’avancer. Apres un second appel je me dis que je vais répondre poliment. L’homme en question, commence à marcher près de moi et me poser des questions. Je réponds de manière neutre « oui » « non », « kelly » quand il me demande mon prénom…

Mais il continue de me suivre. Je lui explique toujours assez nonchalament que je vais rentrer chez moi. Au revoir et merci. Mais il me suit jusqu’à station de bus. Lorsque le bus arrive. Il monte. Par réflexe et logique, je m’assois à côté d’un autre homme place fenêtre. Evidemment, ce meme homme descend à l’arrêt suivant. Donc mon agresseur se fait une joie de le remplacer. Là, il continue de me parler. Il me dit vraiment des choses sans sens. Qu’il est amoureux qu’il veut me revoir et même qu’il veut m’épouser. Déjà à ce moment là et encore plus en y repensant. Je pense que ce monsieur était soit mentalement atteint soit drogué soit les deux. Le trajet me semble interminable. Encore plus quand il met sa main sur ma cuisse. Par réflexe, je le gifle mais alors il s’énerve. Heureusement, j’ai mon téléphone et je textote un ami qui habite dans le même quartier en lui demandant de venir me chercher. Je fais pareil avec ma meilleure pote mais elle n’est pas chez elle. Johnny me répond efficacement. Je lui dis que je vais descendre un arrêt avant s’il peut venir rapidement. Finalement, comme je n’ai pas de réponse. Je reste dans le bus jusqu’à mon arrêt. Mon agresseur me suit. Et me bloque contre le mur. Je suis dans une rue passante mais personne ne s’arrête. Et moi je suis tétanisée. En fait, je pourrais hurler mais j’ai peur de passer pour une folle. Je pourrais essayer de le frapper là où ça fait mal et courir mais j’aurais peur de me louper ou qu’il me rattrape. Alors je retiens mon souffle et espère qu’il ne tentera rien de plus. Et quelques minutes plus tard, une dame d’une soixantaine d’années qui pourrait être ma mère, toute mignonne, avec son cabas roulant, s’arrête et me demande si tout va bien. Je lui dis que non. Elle s’interpose entre l’agresseur et moi et me dit de venir avec elle. Nous marchons cote à cote mais il nous suit. D un coup, elle s’arrête et ose faire ce que je n’ai pas été capable de faire. Elle hurle de toute ses forces. Au secours. Cassez vous ou j’appelle la police. Intrigués par les cris, un jeune homme et une jeune fille sortent d’un magasin et nous questionne. S’en suit un bon moment où le vendeur explique au fou (car pour moi il l’était) qu’il faut qu’il nous laisse tranquille. Il persiste « mais je veux juste son numéro » « je suis amoureux » puis finit par partir. Je me mets à pleurer. Je suis soulagée et vraiment reconnaissante envers mes trois héros. Surtout  cette dame sortie de nulle part. Johnny est ensuite arrivé et m’a raccompagnée chez moi.

Quelques années plus tard, je me dis que j’ai eu de la chance, que ça aurait pu être bien pire. Mais que personne ne devrait avoir à subir ça. C’est quand même fou dans cette société ou l’humain se revendique supérieur aux autres animaux d’être encore confrontée à des malades qui vous suivent vous harcèlent vous touchent ou vous violent. Je ne comprendrais jamais. Et je continuerais de me battre contre la culture du viol et le harcèlement de rue et je n’accepterai jamais aucun argument qui remette en cause la victime et non l’agresseur.

Depuis cette mésaventure, j’ai pris du plomb et il m’est déjà arrivé d’intervenir lorsque  des femmes étaient harcelées. Je crois que c’est notre devoir à tous en fait. D’intervenir et d’aider les victimes.

By @Kellynovation, oui c’est moi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s